Atelier de ceramique en Corse

Atelier de Céramique en Corse

Après avoir suivi le déclin du monde rural, Pigna, dans les années 60, a relevé le défi de la vie. Il compte aujourd'hui plus d'enfants que de vieillards et l'on y produit dans le calme des grandes certitudes. Un berger, trois agriculteurs, un potier, un graveur, un taille-doucier, un maçon, un luthier, un flutier, un fabricant de vins aromatiques, deux boutiques d'artisanat et agro-alimentaire, deux cafés casse-croûte, plusieurs chambres d'hôte, une auberge, en apportent la preuve. Installé dans le haut du village, Jacky Quilichini, façonne dans son atelier aménagé dans un ancien pressoir de nombreuses techniques céramiques: tournage, estampage, coulage. Il redécouvre depuis 11 années maintenant les techniques de décorations d'autrefois, ainsi que certaines formes et couleurs du bassin méditerranéen. Une gamme d'objets unique orientée sur la décoration et l'équipement de la maison: appliques murales, vases, vaisselle, masques cirés, plats à four, bouche d'aération, etc... Bénéficiant d'un savoir-faire de plus de 29 ans, il propose des collections issues de sa propre créativité et des céramiques médiévales, ou répondant aux demandes spécifiques des clients.

TECHNIQUE, ÈVOLUTION

L'intérêt porté aux céramiques médiévales à décor vert et brun tient, pour une large part, au fait que leur apparition coïncide avec des transformations importantes dans les techniques céramiques, qui annoncent les productions de l'époque moderne.
Il s'agit de l'ensemble des procédés qui ont permis la fabrication des faïences stannifères et se sont répandus dans tout le bassin méditerranéen.

COMPOSITION DES DÈCORS

Cette technique oblige d'engober toutes les pièces au préalable, c'est à dire de tremper la pièce en faïence rouge dans un bain d'argile blanche afin d'obtenir un fond blanc ce qui est nécessaire pour faire apparaître la couleur finale.
De nos jours nous utilisons parfois une faïence blanche ce qui évite l'engobage.
Les décors sont tracés au pinceau et se distinguent surtout par l'utilisation exclusive d'oxydes minéraux; toujours naïfs et stylisés faisant référence à l'imagination des décorateurs d'autrefois, en plus d'une influence italienne en particulier Toscane et Ligure ainsi qu'à la Balagne avec ses oliviers et ses vignes.

LES REVÈTEMENTS

Il s'agit de tous les matériaux qui sont déposés sous forme d'une mince pellicule à la surface des céramiques, généralement avant cuisson, afin d'en modifier l'aspect ou certaines de leurs caractéristiques comme la porosité.
Le vocabulaire utilisé pour désigner les différents types de revêtement est fort imprécis: c'est ainsi qu'on parlera plutôt de glaçure lorsque le revêtement se présente sous forme d'une pellicule superficielle transparente ayant l'apparence du verre, et d'émail si cette dernière vitreuse, est opaque.
Durant la période qui nous occupe, qui va du VIIe au XIVe siècle on continue à utiliser majoritairement les types de revêtement très simples qui remontent aux origines de la céramique: engobes argileux, peintures minérales, etc...

Vous souhaitez vous exprimer, soumettez un commentaire au sujet de notre billet.